Contexte

En tant qu'entreprise d'envergure mondiale, McAfee soutient la modernisation des procédures douanières et commerciales. Le développement de nos activités est fonction de notre capacité à assurer la circulation de nos produits par-delà les frontières internationales de manière rapide et économique, avec un minimum d'obstacles. McAfee est convaincu de l'importance d'avoir des accords de libre-échange robustes, qui ouvrent les marchés étrangers et créent des conditions équitables pour les entreprises américaines. De même, McAfee soutient l'ALENA en raison de son impact positif sur la compétitivité des entreprises américaines et la croissance générale de l'emploi.

Les vingt partenaires actuels des États-Unis dans le cadre des accords de libre-échange achètent près de la moitié des exportations américaines totales de produits finis, et ce même s'ils représentent moins de 10 % de l'économie mondiale. D'après le Peterson Institute for International Economics, les revenus réels des Américains sont 9 % plus élevés qu'ils ne le seraient sans un commerce ouvert. De plus, les emplois liés aux exportations offrent une rémunération près de 18 % supérieure aux autres.

Le gouvernement américain devrait par conséquent négocier davantage d'accords de libre-échange, protéger les accords existants et adopter une procédure TPA, c'est-à-dire une législation particulière pour la promotion des accords commerciaux. Des accords de libre-échange parfaitement rodés et appliqués de manière systématique contribuent à réduire et à éliminer les barrières commerciales qui paralysent les entreprises américaines.

Importance pour McAfee

Depuis la négociation initiale des accords commerciaux existants, la cybersécurité est devenue une force économique mondiale majeure. Les dépenses mondiales en cybersécurité devraient atteindre plus de 100 milliards de dollars en 2018 et plus de 170 milliards d'ici 2020. L'Amérique du Nord constitue le principal marché de la cybersécurité, avec un large éventail d'offres émanant principalement de comptes américains. Le secteur américain de la cybersécurité est également une source majeure d'emplois bien rémunérés, et pallier la pénurie de talents en cybersécurité est aujourd'hui un objectif national.

Un secteur de cette envergure, qui affiche un tel dynamisme et niveau de priorité, a toute sa place dans la stratégie et les accords commerciaux des États-Unis. La facilitation et la rationalisation du commerce international des produits et services de cybersécurité continueront de soutenir la croissance de ce secteur. Elles stimuleront l'emploi dans le domaine de la cybersécurité et renforceront la compétitivité et la domination des États-Unis sur ce marché.

Des réglementations internationales de trop grande portée en matière de cybersécurité peuvent placer les entreprises américaines en position de faiblesse. Pour remédier à ces problèmes, une solution consiste à promouvoir le développement et l'alignement de cadres volontaires de gestion des cyberrisques entre les parties aux futurs accords commerciaux. La maturité des marchés de la cybersécurité, de même que la robustesse et la sophistication de cette dernière, varient d'un pays d'Amérique du Nord à l'autre. Un alignement général sur un cadre complet de principes de cybersécurité aiderait les parties à tendre vers les mêmes objectifs dans ce domaine, à prendre des décisions informées en matière d'investissements de sécurité, à généraliser l'adoption de normes cohérentes et à encourager la maturité générale du marché nord-américain de la cybersécurité.

Principaux points

Négocier davantage d'accords de libre-échange

Les pouvoirs publics américains devraient négocier davantage d'accords de libre-échange et protéger les accords existants. Des accords de libre-échange parfaitement rodés et appliqués de manière systématique contribuent à réduire et à éliminer les barrières commerciales qui paralysent les entreprises américaines. Mis en œuvre de manière systématique, les accords de libre-échange éliminent et réduisent les barrières commerciales qui fragilisent les entreprises américaines. S'il négociait davantage d'accords de ce type, le gouvernement américain ne serait pas contraint de localiser la R&D, la propriété intellectuelle et la production à l'intérieur de ses frontières en tant que condition d'accès au marché. Outre les défis qu'elles créent en termes de concurrence, ces mesures risquent de réduire les échanges mondiaux de plus de 90 milliards de dollars par an et d'affaiblir l'innovation dans le secteur des technologies.

 

Adopter une procédure Trade Promotion Authority

McAfee est d'avis que le gouvernement doit adopter une procédure TPA (Trade Promotion Authority - Autorité pour la promotion du commerce). Cet outil législatif ne soutient pas seulement la croissance de l'emploi aux États-Unis, elle renforce également la compétitivité du pays sur la scène internationale. Par cette TPA, les États-Unis envoient un signal fort à nos partenaires mondiaux, qui montre que les négociateurs américains bénéficient du soutien du Congrès lorsqu'ils réclament des accords plus fermes. Le rééquilibrage du rapport de force entre entreprises publiques et sociétés privées permettra dès lors d'être plus compétitifs sur la scène économique mondiale. De plus, des accords de haut niveau encouragent les pays qui ne sont pas parties aux accords commerciaux américains à relever leurs propres normes, ce qui favorise la compétitivité américaine.

 

Éliminer les droits de douane qui pèsent sur les technologies de l'information et de la communication (TIC)

Conclu en 1996, l'Accord sur les technologies de l'information (ATI) de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) couvre de nombreux produits de haute technologie. Cet accord compte actuellement 82 participants, soit environ 97 % du commerce mondial des produits des TI. Le gouvernement américain doit poursuivre sur la voie de l'élargissement de l'ATI, qui vise à éliminer complètement les droits sur les produits des TI, une mesure particulièrement favorable aux leaders technologiques américains. McAfee estime qu'une diminution des droits de douane sera tout bénéfice pour notre société, car ils constituent un obstacle inutile à l'entrée qui peut souvent faire pencher la décision d'achat en faveur de produits moins imposés.

 

Soutenir la gestion des risques de cybersécurité liés aux produits numériques dans les accords à venir

Les accords commerciaux plus anciens, tels que l'ALENA, n'ont accordé que peu d'attention pour la plupart aux aspects liés à la cybersécurité des biens et services numériques qu'ils couvrent. Des réglementations internationales de trop grande portée en matière de cybersécurité peuvent placer les entreprises américaines en position de faiblesse face à la concurrence. Pour remédier à ces problèmes, nous demandons instamment au représentant des États-Unis pour les négociations commerciales de promouvoir l'alignement de cadres volontaires de gestion des risques de cybersécurité, tels que le cadre de cybersécurité du NIST, dans les futurs accords commerciaux.