L’étude McAfee sur la famille connectée 2022

Comment les parents et les enfants se connectent-ils et se protègent-ils en ligne? Nous avons discuté avec des milliers d’entre eux à travers le monde pour le savoir.

En décembre 2021, nous avons mené une étude sur les croyances et les comportements relatifs à la vie en ligne parmi les membres des familles connectées, en tant qu’individus et en tant qu’unité familiale. Les parents et les enfants ont été interrogés ensemble, les parents répondant d’abord et amenant ensuite leurs enfants à consentir et à répondre, ce qui a permis d’obtenir des résultats qui représentent des familles connectées dans 10 nations différentes.

Grâce à cette étude, nous avons découvert des croyances universelles sur la protection en ligne, ainsi que plusieurs nuances, qui toutes ont mis en évidence plusieurs tensions entre parents et enfants lorsqu’il s’agit de rester en sécurité tout en profitant de la vie en ligne.

Quatre grands thèmes ont été présentés au cours de cette étude, chacun d’entre eux donnant lieu à plusieurs conclusions. Nous examinerons ici chaque sujet et aborderons quelques-unes des conclusions de chacun d’entre eux, puis nous vous indiquerons un lien qui vous permettra de télécharger le rapport complet avec l’ensemble des renseignements et des tendances qu’il contient.

Thème n°1 : Sécurité mobile

Alors que nos préadolescents et adolescents semblent devenir des adultes sous nos yeux, leur vie en ligne devient elle aussi adulte, en grande partie grâce à leurs appareils mobiles.

Notre étude a révélé que les enfants âgés de 15 à 16 ans voient leur utilisation du téléphone portable augmenter considérablement, au point de se rapprocher des niveaux qu’ils conserveront à l’âge adulte. Pourtant, leur vie connectée commence bien plus tôt, avec les téléphones intelligents et les appareils mobiles qui ouvrent la voie en ligne. Le résultat est que la plupart des préadolescents et des jeunes adolescents ont aujourd’hui accès à Internet dans le creux de leur main, ce qui les expose presque immédiatement à Internet au sens large, un univers rempli d’applications, de discussions, de divertissements et de réseaux sociaux, ainsi qu’à ses avantages et ses risques.

En ce qui concerne les risques, les préadolescents et les jeunes adolescents ont fait part de leur expérience en matière de cyberintimidation, de vol de compte et d’utilisation non autorisée de leurs données personnelles. Il apparaît ici que plusieurs enfants ont été exposés à ces risques à un âge précoce.

Si ces expériences commencent tôt chez les 10-14 ans, l’exposition aux risques en ligne ne fait qu’augmenter à mesure que les adolescents grandissent. Entre 17 et 18 ans, les signalements de cyberintimidation passent à 18%, les tentatives de vol de compte en ligne à 16% et l’utilisation non autorisée de données personnelles à 14%.

Thème n°2 : Les parents comme gardiens de sécurité

En ce qui concerne la vie en ligne, les enfants comptent sur leurs parents pour assurer leur sécurité. Si les parents acceptent ce rôle, notre étude a révélé qu’ils semblent avoir du mal à l’exercer.

Les enfants ont déclaré que leurs parents sont les mieux  placés pour leur apprendre à être en sécurité en ligne, ce qui fait d’eux les grands gagnants dans toutes les catégories. Près des trois quarts des enfants ont déclaré que leurs parents étaient les mieux placés pour leur apprendre à rester en sécurité en ligne, près de deux fois plus que les enseignants à l’école (39%) et plus de deux fois plus que pour les ressources en ligne (34%).

Si l’on examine de plus près les raisons de cette réponse, 63% des préadolescents et des adolescents du monde entier estiment que leurs parents en savent assez pour protéger leur sécurité et leur vie privée. Ce chiffre était plus élevé pour les jeunes enfants (65%) et diminuait ensuite à la fin de l’adolescence (55%). Tel qu’indiqué précédemment, un nombre croissant d’enfants à la fin de l’adolescence ont déjà été confrontés à des risques en ligne, ce qui les rend peut-être moins confiants dans le fait que leurs parents ont effectivement les connaissances nécessaires pour assurer leur sécurité.

Les parents reconnaissent leur rôle de protecteurs en ligne, tout comme ils reconnaissent leur responsabilité de protéger leurs enfants dans le monde en général. Une proportion écrasante de 90% des parents du monde entier est d’accord avec cette opinion. Tout comme leurs enfants, les parents estiment, à 36%, que les enseignants à l’école jouent également un rôle. Toutefois, les fournisseurs d’accès à Internet arrivent, à 41%, en deuxième position.

Pourtant, si les parents disent se considérer comme des protecteurs, il existe un fossé entre l’intention et l’action réelle. En ce qui concerne les PC et les ordinateurs portables, les parents ont indiqué les mesures de protection en ligne qu’ils ont prises pour eux-mêmes, qui semblent relativement faibles compte tenu de la disponibilité et de la facilité d’utilisation de ces mesures, notamment l’installation d’un logiciel antivirus (68%), la protection de l’ordinateur par un mot de passe (58%) ou le fait de s’en tenir à des magasins en ligne réputés pour leurs achats (50%).

Ces chiffres baissent encore lorsqu’on leur demande s’ils prennent des précautions similaires pour leurs enfants.Ainsi, alors que les parents se protègent à un taux faible, ils protègent leurs enfants à un taux encore plus faible.

De plus, en ce qui concerne la protection sur les téléphones intelligents, les chiffres étaient tout aussi bas, et parfois inférieurs au taux de protection des PC et des ordinateurs portables. Par exemple, alors que 56% des parents ont déclaré qu’ils protégeaient leur téléphone intelligent avec un mot de passe ou un code d’accès, seuls 42% ont déclaré qu’ils faisaient de même pour le téléphone intelligent de leur enfant, soit un écart supplémentaire de 14%.

Thème n°3 : La vie secrète des préadolescents et des adolescents en ligne 

Personne n’ignore que les adolescents et les préadolescents peuvent cacher leurs activités en ligne. En fait, ils l’ont tout autant dit.

Nos recherches ont montré que plus de la moitié des enfants (59%) prennent des mesures pour cacher ce qu’ils font en ligne. Lorsqu’on leur a demandé des détails, les préadolescents et les adolescents ont mentionné les points suivants :

  • Effacer l’historique de navigation, 26%.
  • Fermer/réduire le navigateur lorsque le parent entre, 21%.
  • Masquer ou supprimer des messages instantanés ou des vidéos, 15%.
  • Naviguer avec le mode de navigation privée, 15%.
  • Mentir ou omettre des détails sur les activités en ligne, 15%.
  • Utiliser un appareil que leurs parents ne contrôlent pas, 10%.

À mesure que les enfants grandissent, ces activités de préservation de la confidentialité ne font qu’augmenter, notamment lorsqu’il s’agit d’effacer l’historique de navigation et d’utiliser le mode « navigation privée » dans leur navigateur.

De même, il pas un secret que les enfants parlent en privé en ligne avec des personnes qu’ils ne connaissent pas. Lorsqu’on leur demande s’ils pensent que leurs enfants ont des conversations sans connaître la véritable identité d’une personne, 34% des parents répondent par l’affirmative. Quant aux enfants, 37% ont répondu par l’affirmative, marquant une différence de 3% dans la sensibilisation entre les parents et les enfants.

Par tranche d’âge, 36% des enfants âgés de 10 à 14 ans disent avoir ces conversations, et ce chiffre passe à 41% pour les 15-16 ans. Plus tard, entre 17 et 18 ans, ce chiffre tombe à 39%.

Thème n°4 : Tendance sexiste en matière de protection

Les parents participant à notre étude ont déclaré prendre des mesures différentes pour les garçons et les filles lorsqu’il s’agit de les protéger en ligne. Les filles sont apparemment plus protégées que les garçons. Ce sont pourtant les garçons qui rencontrent le plus de problèmes en ligne.

Le contrôle de la sécurité en ligne d’un enfant peut prendre plusieurs formes, certaines impliquant des applications et des logiciels sur l’appareil de l’enfant, d’autres nécessitant un rôle plus actif de la part des parents.

En ce qui concerne la sécurité sur les appareils, les logiciels de contrôle parental constituent une méthode de surveillance de l’activité en ligne, avec des fonctions qui permettent de garder un œil sur l’activité des enfants, de limiter le temps passé devant l’écran et de bloquer et filtrer certaines applications et sites Internet.

Les logiciels de contrôle parental semblent demeurer une option populaire. Sur les PC et les ordinateurs portables, 33% des parents ont déclaré l’utiliser. Sur les appareils mobiles, le taux d’utilisation est également de 33%.

En outre, les parents ont déclaré qu’ils comptaient sur d’autres approches pour assurer la sécurité de leurs enfants, citant plusieurs autres moyens de surveiller le temps que leurs enfants passent en ligne. Par exemple, dans le cas de la surveillance des activités sur l’appareil mobile de leur enfant, les parents disent qu’ils :

  • Limitent le moment de la journée ou la durée pendant laquelle l’enfant passe du temps devant un écran, 59%.
  • Vérifient les sites Internet ou les applications que l’enfant visite ou utilise, 56%.
  • Consultent les enregistrements d’appels ou les messages texte sur un téléphone intelligent que l’enfant utilise, 40%.
  • Sont « ami » de l’enfant, ou le suivent, sur les sites de réseaux sociaux, 35%.
  • Suivent la localisation de l’enfant par le biais d’applications ou de logiciels GPS, 30%.

Toutefois, si l’on tient compte de l’âge et du sexe, des différences apparaissent dans l’utilisation du contrôle parental. Les filles de la préadolescence et du début de l’adolescence sont davantage protégées par les logiciels de contrôle parental que les garçons.

Par exemple, les filles de 10 à 14 ans étaient plus susceptibles que les garçons du même âge d’être couvertes par un contrôle parental sur les PC et ordinateurs portables dans tous les pays étudiés (sauf le Canada), et sur les appareils mobiles dans tous les pays (sauf l’Allemagne).

Cette tendance s’étend à plusieurs des approches plus actives, ces mesures étant plus appliquées aux filles qu’aux garçons. Par exemple, aux États-Unis :

  • 47% des parents déclarent qu’ils vérifieront l’historique de navigation et de courriel sur les PC de leurs filles âgées de 10 à 14 ans. Pour les garçons du même âge, ce chiffre est bien plus bas, à 33%.
  • Les chiffres concernant les appareils mobiles sont également similaires, les contrôles signalés étant de 48% pour les filles et de 35% pour les garçons.

D’après les déclarations des garçons, ils sont plus souvent confrontés à toute une série de menaces en ligne que les filles, qu’il s’agisse d’une tentative de vol de compte, d’une fuite de renseignements financiers ou de l’utilisation non autorisée de leurs données personnelles.

Parallèlement, ce sont les filles qui adoptent les activités en ligne à un rythme beaucoup plus rapide que les garçons, du moins sur les appareils mobiles. Les filles âgées de 10 à 14 ans ont tendance à écouter de la musique en continu, à utiliser les réseaux sociaux et à faire des achats en ligne plus que les garçons du même âge.

Dans l’ensemble, les filles indiquent qu’elles profitent des avantages de la vie en ligne plus tôt que les garçons et avec relativement moins de problèmes de sécurité. En revanche, pour les garçons, l’équation est inversée. Leur vie en ligne mûrit plus lentement, mais ils rencontrent plus souvent des problèmes de sécurité.

Autres résultats

Nous avons vu où en sont les jeunes enfants sont lorsqu’ils arrivent à maturité, du moins en ce qui concerne leur vie en ligne.

Au milieu de l’adolescence, ils utilisent des ordinateurs, des ordinateurs portables et des téléphones intelligents à un rythme qui se poursuivra à l’âge adulte. Par ce biais, ils sont donc déjà confrontés à certains des risques et des problèmes rencontrés par les adultes, notamment les tentatives de vol de comptes, l’utilisation abusive de données et les fuites de renseignements financiers.

Il ne s’agit là que de quelques-unes des nombreuses idées et tendances soulignées dans notre rapport complet sur les familles connectées. D’autres concernent des différences notables entre nations, telles que les nations qui signalent les niveaux les plus élevés de cyberintimidation et la nation dont près de 100% des jeunes enfants déclarent utiliser régulièrement un téléphone intelligent. Pourtant, d’autres découvertes révèlent des informations sur le temps d’écran, l’utilisation des jeux vidéo et une ventilation des principales activités en ligne pour les adolescents, et de nombreuses autres façons dont les familles grandissent ensemble à travers leur vie en ligne.

Cliquez ici pour avoir une copie complète du rapport.

Méthodologie de l’enquête

En décembre 2021, McAfee LLC a mené une étude sur les croyances et les comportements relatifs à la participation et à la protection en ligne des membres de familles connectées, à titre individuel et en tant qu’unité familiale.

Enquête globale auprès des parents et des enfants, les enfants répondant aux côtés de leurs parents.

Les parents et les enfants ont été interrogés ensemble, les parents répondant d’abord et amenant ensuite leurs enfants à consentir et à répondre.

Ces résultats représentent des familles connectées et non des collections d’individus.

Dans plusieurs pays, 15 500 parents d’enfants âgés de 10 à 18 ans ont participé à l’étude, ainsi que plus de 12 000 de leurs enfants.

La recherche a été menée entre le 13 et le 29 décembre 2021 par MSI-ACI au moyen d’un questionnaire en ligne auprès de 15 500 parents et 12 057 enfants de 10 pays.

FacebookLinkedInTwitterEmailCopy Link

Restez à jour

« Suivez-nous pour rester à jour sur tout ce qui concerne McAfee et pour être au courant des dernières menaces de sécurité pour les consommateurs et les mobiles. »

FacebookTwitterInstagramLinkedINYouTubeRSS

Plus de Sécurité de la famille

Back to top